Vous souhaitez des renseignements sur le raccordement au réseau de chaleur ? Contactez-nous

FAQ

Questions d'usagers

Les usagers

Les usagers sont très divers. Ce sont des locataires, des commerces, des écoles, des bureaux… Tous voient le coût du chauffage urbain répercuté dans leurs charges.

1-J’ai froid dans mon appartement, que dois-je faire ?

  • La première démarche doit être de prévenir le gardien de votre immeuble qui alertera le prestataire en charge du système de chauffage propre au bâtiment pour contrôler son installation et réparer la panne qui occasionne la coupure de chauffage. En effet, vos radiateurs concernent le réseau secondaire que le réseau de chauffage urbain (réseau primaire) ne couvre pas.

 

2-Pourquoi y a-t-il des coupures d’eau chaude pendant l’été ?

  • Les coupures d’eau chaude au cours de l’été permettent des opérations de contrôle du bon fonctionnement des installations du réseau de chauffage urbain et des opérations de maintenance. Ces coupures préventives évitent des pannes qui pourraient survenir et vous priver de chauffage en plein hiver.

 

3-Pourquoi mes radiateurs sont-ils parfois froids en plein hiver ?

  • Lorsque la température intérieure de votre appartement atteint 19°C, les radiateurs cessent de chauffer pour maintenir cette température et ne pas l’excéder. Ils deviennent donc froids. Ils se remettront en route automatiquement à partir du moment où la sonde installée relèvera une température inférieure à 19°C.

 

4-Quelle est la différence entre la température réelle et la température ressentie ?

  • La température ressentie est celle que le corps humain ressent dans des conditions de vie courante, en extérieur et non protégé du vent. Elle se calcule à partir de variables telles que la température ambiante et la vitesse du vent. Ainsi, pour une température sous abri de -5°C, avec 30 km/h de vent, on obtient -13°C de température ressentie. Il existe de nombreuses variantes qui mesurent un indice de ressenti la nuit, à l’ombre ou au soleil. Il ne s’agit que d’une information complémentaire à la température (traditionnelle) en degré Celsius, à prendre avec précaution.

Questions d'abonnés

Les abonnés

Les abonnes gèrent les bâtiments raccordés au réseau et signent les contrats d’abonnement avec En’RnoV. Ce sont les syndicats de copropriété, les organismes d’habitat social, les collectivités, les bailleurs sociaux ou privés, etc. Ils répercutent ensuite le coût du chauffage dans les charges des usagers.

1-Pourquoi les réseaux de chauffage urbain font leur retour en force ?

  • Les réseaux de chauffage urbain proposent des solutions adaptées à l’aménagement durable des villes et du territoire. En distribuant de plus en plus d’énergies renouvelables et locales (énergie issue des déchets, bois, géothermie), les réseaux de chauffage urbain rendent accessibles un mode de chauffage vertueux, efficace avec des coûts maitrisés et des tarifs compétitifs. Autant d’atouts qui expliquent le succès des réseaux de chauffage urbain dans les choix énergétiques qui sont faits actuellement par de nombreuses villes.

 

2-Pourquoi parle-t-on d’eau chaude « sanitaire » ?

  • L’eau chaude sanitaire est une eau à température entre 55°C et 60°C destinée à la consommation : cuisine, salle de bain… Elle est chauffée par le réseau de chauffage urbain.

 

3-Qu’est ce qu’un échangeur de chaleur ?

  • Un échangeur est un dispositif qui permet de transférer de la chaleur d’un fluide chaud vers un fluide froid sans les mélanger. Dans une sous-station de réseau de chauffage urbain, un échangeur est connecté au réseau. Il chauffe une boucle interne au bâtiment qui assure le chauffage.

 

4-Quelle est la différence entre un réseau primaire et un réseau secondaire ?

  • Le réseau primaire est la partie du réseau de chauffage urbain qui transporte la chaleur depuis la chaufferie jusqu’aux postes de livraison des bâtiments. Le réseau secondaire est la partie du réseau qui est interne aux bâtiments et qui permet de desservir la chaleur des postes de livraison des bâtiments jusqu’aux logements. Il complète le réseau primaire dans la livraison de chaleur mais sa gestion est distincte de celle du réseau de chauffage urbain.

 

5-Quelles actions de maintenance les techniciens effectuent-ils dans les postes de livraison ?

  • Les techniciens du réseau contrôlent le bon fonctionnement des installations des postes de livraison et la régulation des flux, relèvent les compteurs de consommation de chaleur et interviennent en cas de panne de toute nature. Dans les chaufferies, en plus d’effectuer les mêmes opérations, ils entretiennent les chaudières, suivent les rejets atmosphériques et les indicateurs de contrôle du bon fonctionnement de l’ensemble du réseau.

 

6-Pourquoi le réseau utilise-t-il plusieurs énergies ?

  • Le réseau de chauffage urbain utilise le plus possible de sources d’énergies renouvelables et de récupération que le permet son environnement naturel de proximité car les prix sont décorrélés de ceux des énergies fossiles et leurs effets sont limités sur l’environnement. Il complète son besoin par des énergies fossiles de sorte à ce que le prix total de la chaleur et les effets environnementaux de la production soient optimisés et satisfaisants pour les abonnés et la collectivité.

 

7-Que sont les DJU que je trouve sur mon relevé de consommation d’énergie ?

  • Les Degrés Jours Unifiés (DJU) est une unité de mesure calculée sur la base d’une température de référence de 18°C. C’est la différence de température entre la température extérieure au plus chaud de la journée et la température de 18 °C, température intérieure des logements. Les DJU sont précisés sur le relevé des consommations évaluées en Megawatts/heure (MHh). Le ratio MWh/DJU permet de budgéter la chaleur et de suivre un ratio moyen. Par exemple, un ratio en augmentation régulière peut signifier un souci de déperdition de chaleur dans le dispositif. Inversement si ce ratio baisse cela signifie que des efforts d’isolation ou d’abaissement des températures de confort ont été entrepris. Cela se traduit par une baisse des consommations énergétiques. La comparaison des DJU à la moyenne trentenaire (la moyenne de 30 ans de mesure) donne la rigueur. Une rigueur supérieure à 1 indique une saison plutôt froide, une rigueur inférieure à 1 indique une saison plutôt douce.

 

8-Utiliser le réseau de chauffage urbain est-il moins cher que d’avoir un chauffage individuel ?

  • Oui, utiliser le réseau de chauffage urbain revient moins cher qu’utiliser une chaudière individuelle car le coût de la chaleur est optimisé grâce à un bouquet énergétique varié composé en partie d’énergies locales et renouvelables, dont les prix sont décorrélés de ceux des énergies fossiles. Utiliser plus de 50% d’énergies renouvelables et de récupération pour alimenter le réseau permet de bénéficier d’un taux de TVA à 5,5% au lieu des 20% habituellement appliqués. Les échangeurs de chaleur installés en sous-sols des bâtiments ne brûlent pas d’énergies. Ils ont donc une durée de vie très supérieure à celle des chaudières. Enfin, des contrats d’abonnement globaux qui comprennent investissement et exploitation permettent aussi de réaliser des économies d’échelle. La surveillance 24h/24, 7 jours/7 de la chaufferie centrale permet d’obtenir des rendements supérieurs avec un réseau de chauffage urbain par rapport à une chaufferie individuelle.

 

9-Pourquoi dois-je recevoir 2 ou 3 factures différentes pour le chauffage du bâtiment ?

Vous recevez en effet 2 factures différentes pour le chauffage de vos bâtiments :

  • Une première facture issue du contrat d’abonnement passé avec le prestataire qui gère le réseau de chauffage urbain (dit réseau primaire) et qui concerne l’abonnement et la consommation d’énergie.
  • Une seconde facture liée au contrat passé avec le professionnel en charge des installations à l’intérieur de vos bâtiments et qui concerne le fonctionnement, l’entretien et l’amortissement du réseau (dit réseau secondaire).

 

10-A quoi ressemble exactement la biomasse utilisée dans une nouvelle chaufferie ?

La biomasse peut se présenter sous plusieurs formes :

  • Bois forestier : rémanents forestiers, plaquettes forestières, éclaircies et élagages, rondins et billons.
  • Bois issu de l’industrie du bois : chutes, écorces, sciures et copeaux.
  • Bois de palettes : plaquettes de palettes, caisses et cagettes.

 

11-La combustion du bois produit des cendres, qu’en faites-vous ?

Suivant la qualité des cendres, déterminée par des analyse préalables permettant d’évaluer leur teneur en élément utile (fertilisants, oligoéléments) et en polluants (Eléments Trace Métalliques) elles pourront être éliminées ou revalorisées en utilisant une des trois filières suivantes :

  • Epandage ;
  • Intégration à des composts ;
  • Elimination en centre de stockage de déchets.